Et je suis pas sur de pas déjà avoir utilisé le même titre dans un autre post. Mais passons. Aujourd'hui nous allons parlé du nain le plus solide de la création. Après avoir tué (tenez vous bien):

Des trolls

Des Skavens

Des démons,

Des dragons

Des hommes bètes

Des vampires

Des géants

Des dieux (ben pourquoi pas après tout)

Des hommes

Des orcs

Des elfes

Des shamans

Des zombies

...ouf, il revient pour tataner des goules! Je veux bien sur parler de Gotrek Gurnisson! 

Ghoulslayer-Cover

Les aventures de notre suicidaire court sur pattes sont cette fois les oeuvres de Darius Hinks. Je ne connait pas trop le monsieur, du moins ses écrits. Je sais qu'il a oeuvré dans le vieux monde avec des nouvelles, qu'il a écrit Reine de sang pour AOS dans la série des minis-romans et que j'avais bien aimé. Parmis ses livres les plus marquants citons la trilogie Orion et plus récemment Blackfortress en accompagnement du jeu du même nom. De fait le monsieur écrit bien. J'ai des doutes quand à la qualité de la traduction mais c'est fluide et clair, les descriptions sont parfois un peu abscontes mais au vu des royaumes dans lesquels évoluent les personnages ce n'est pas étonnant.

Il s'agit donc des dernières aventures de l'irrascible Gotrek, sorti des royaumes du chaos où on lui avait promis une belle mort. Loupé il est encore en vie et toujours aussi con! Il est marqué sur la poitrine par une rune unique en son genre, une rune si puissante qu' une serviteuse de Kaine le dieu à la main sanglante va lui coller aux basques dans l'espoir de voir le nain trépasser et pouvoir lui découper la peau afin de se l'approprier. Ajouter à cela depuis peu la présence d'un Stormcast un peu déglingué qui lui aussi veut récupérer la rune mais pour Sigmar cette fois.

A l'origine les aventures de Gotrek et de son ami Felix étaient plus des nouvelles que des romans formalisés comme tels. Ils s'agissaient d'aventures exotiques durant lesquelles nos deux compères nous faisaient découvrir différentes parties du vieux et surtout différents types d'adversaires. Le style était léger et la construction bien souvent bancale pour un roman. Gotrek y cherchait déjà la mort de toutes les manières possibles (souvent à grand renfort de bière) mais contre toute attente finissait toujours par survivre en trainant Felix avec lui.

Mais bon, même si le style s'est amélioré le fond est toujours aussi pauvre. On y suit le plus mal embouché des nains au point d'en faire une caricature, trainant avec lui deux erzatzs de compagnons qui passent leur temps à attendre qu'il meurt mais tout en le sauvant de lui même de temps en temps. tout ça pour que monsieur aille se coltiner... Nagash lui même!

Donc à moins d'une surprise énorme on va "profiter" des aventures de gotrek pendant encore quelques temps...

Sur ce je vous laisse, j'ai des mercenaires à recruter...