IMG_20181013_100713

La peinture des Castigators et le la Celestar Ballista est terminée. Rien de transcendant c'est du très classique mais efficace. Je me consacre plus à la lecture en cee moment comme je vous l'ai dit la semaine dernière.

Ainsi j'ai terminé Shadespire:

BLPROCESSED-60040281219_MirroredCityRoyalFormatHB

Piégé dans la cité miroir Raynar, un ancien capitaine des guilde franche, rejoint la troupe bigarée d'une Katophrane nommée Sadila. Cette dernière, une authentique habitante de Shadespire maudite par Nagash, et donc coincée entre la vie et la mort pour l'éternité detiendrait une solution pour se libérer de cette malediction et donc de la cité.

Mais face à eux se trouve un guerrier de Khorne dont la mission est de tuer Raynar afin d'offrir son crêne au dieu du sang. Ysengrin va de son coté se joindre à une etrange compagnie faites elle aussi d'aventuriers piégés dans la ville pour contrer les vues de Sadila.

Coupon court au suspens, c'est très moyen. Josh Reynolds n'est pas à son meilleur niveau ici. La guerre des âmes était nettement meilleur que ce roman sur la cité miroir. Tout d'abord il essaie maladroitemetn de nous décrire le chaos et la confusion que pourrait ressentir les protagonistes perdus dans une ville ou chaque mur, chaque fenêtre et chaque porte sont construit en Ombreverre brisé et reflètent donc une image partielle et un peu folle de la ville . Mais cela se traduit par un empilement d'adjectifs que l'on retrouvent au détour de chaque paragraphe. 

Ensuite les protagonistes, et même si cela fait plaisir de croiser dans une fiction des personnage comme Severin ou Angharad, qui sont les personnages du jeu Shadespire, ils ont autant d'attrait que leur résumé sur la boite... Raynar lui même est assez quelquonce. Ysengrin en revanche est un peu plus travaillé, avec un background clair qui lui donne une vrai cohérence dans l'univers et une justification assez bienvenue dans la mesure ou c'est un guerrier de Khorne qui cherche la guerre et le sang mais pas forcément un monstre né comme cela et  qui explique en quoi Khorne est un véritable choix et non un héritage culturel.

La description de la cité et de sa population est basique; on est dans une ville maudite en ruine ou chacun vient chercher des reliques de pouvoir et doit pour cela affronter les autres qui bien sur se retrouve eux aussi bloqués à leur tour, avec uen pirouette scénaristique pour expliquer pourquoi tout ce petit monde continue joyeusement à se foutre sur la tronche après des centaines d'années d'escarmouches.

Bref vous l'aurez compris, ce roman n'est absolument pas indispensables à votre bibliothèque. Ce n'est pas aussi ennuyant qu'un Jardin de la peste mais vous pourrez largement faire l'impasse dessus sans rien manquer.

 

En revanche, et si comme moi vous ètes un vieux client de GW, que vous avez toujours un penchant pour le "oldhammer" (faudra que je fasse un article la dessus un jour tiens) alors la lecture de la re-edition des Inferno de l'époque est pleinement recommandée.

60029981001_InfernoPODCollection

Paru en 1997 cette ré edition de ces petites revues compilant nouvelles, interviews et comics est un régal pour les amateurs de vieux fluff. Et alors attention, on parle de VIEUX fluff! Une époque ou la version courante de 40K était la V2. Bon pour Warhammer on était déjà à la V3 et Necromunda était déjà sorti mais quand même! Ah quel plaisir de retrouver ces vieux textes fleurant bon la nostalgie d'une époque ... ou j'étais jeune ... Bref, faut quand même avouer qu'il faut avoir connu cette époque pour apprécier la chose. On retrouve une ambiance qui est celle des vieux codex de la V2 ou de Realms of chaos avec leurs illustrations en noir et blanc typique de la fin des années 90.

2DONVdtO_1512161619481sbpi

Toujours est-il que je n'ai toujours pas lu le nouvel Inferno mais que j'ai déjà sauté sur les vieux et j'ai adoré The siege of Gisoreux de Jonathan Green. Une nouvelle d'une seule page accompagnée d'une illustration du siege de la ville en mode "Fragment du journal de Pierre le Roc, maitre ingenieur durant le siege de Gisoreux par les armées morte vivante de Mallac le fléau en 2254 calendrier impérial.

On y trouve aussi des textes comme Le sillage de Gilead de Dan Abnett illustré par Mark Gibbons, toujours dans l'univers de Warhammer.

IMG_20181021_190140

Rien que pour le plaisir de revoir du Gibbons je surkiff cette ré-edition comme disent les jeunes.

Sur ce je vous laisse j'ai pleins de vieux textes à traduire.