On commence cette semaine avec la revue de Sacrosaint, le recueil de nouvelles dernièrement sortie pour l'Age de Sigmar.

sancrosaint

Au sommaire, pas moins de trois nouvelles de CL Werner, deux de Josh Reynolds, deux de Guy Haley et une de Gav Thorpe, une de David Annandale et une de Nick Horth. Pas moins de 10 récits. C'est parti!

Et on commence par les trois textes de Werner. Avec Rats des cales, on retrouve l'équipage des corsaires du Dragon de fer . Brokin et les siens sont envahis de rats et décident de s'arreter dans un temple renommé dont les moines pourront certainement les aider à se débarraser de la vermine... ou pas.

Dans Tueurs de sorcières nous restont aussi avec des personnes connues puisqu'il s'agit d'une aventure du répurgateur Talorcan et de sa compagne guerrière Esselt. ils sont à la poursuite d'une relique de Khorne qui on s'en doute laisse un sillage sanglant derrière elle. Il est plaisant de revoir ces deux personnages, surtout lorsque l'on sait le destin qu'ils auront dans Coeur Corrompu.

Enfin la dernière nouvelle, celle qui donne son titre au livre nous narre la campagne des fils de l'orage de la chambre sacrosainte. Nous allons suivre les péripéties de Arnhault et de ses frère s d'armes dans leur combat contre le roi au suaire (joli jeu de mots).Il s'averera que les liens entre les protagonistes de cette sombre histoire sont plus profonds qu'il n'y paraissait au départ.

Trois très bons textes de Werner. Le monsieur maitrise son sujet et le rythme est toujours le bon. Sacrosaint prends plus son temps car le récit est plus long (120 pages) donc la construction est plus celle d'un roman. Werner pose ses personnages et leur environnement alors que dans les nouvelles on va directement à l'essentiel et à l'action. Dans la mesure ou j'ai bien aimé ses romans il n'est pas étonnant que je soit bien content de ce qu'il nous livre ici.

Josh Reynolds, papa de Shadespire, du Jardin de la peste, de Nagash dans Premiers des morts et de La lance des ombres nous offre ici Un hymne funèbre de poussière et d'acier et Enchères de sang. Le monsieur est un véritable ascenseur émotionnel pour moi vous le savez. J'adore La lance des ombres et je déteste Le jardin de Nurgle. Ben là c'est un peu pareil. Dans le premier texte on suit Sathphren Vivelame et ses Hallowed Knights dans leur mission. Il s'agit de renouer des liens avec des duardins et pour cela ils affronteront ensemble un démon de Tzeentch nommé l'écrocheur d'âmes. La nouvelle est de bonne facture, tant durant la partie embuscade et combat et dans la partie interraction entre les duardins et les Stromcast. On sent bien la lassitude des nains dont la chambre fut brisée et leur leur fatalisme peut-être issu de leur vie dans Shyish. Dans Enchères de sang c'est un peu plus mitigé. On suit un libraire (un gars qui vit du commerce des livres hein) à la solde de Néférata. Le monsieur est pour elle une sorte de mercenaire qui selon les ordres de la dame va chasser des textes anciens  ou de veilles reliques ou assassiner des gens s'ils ne veulent pas s'en séparer(le boulot de tout libraire quoi...). Et sa mission du jour consiste à assister à des enchères pour obtenir il ne sait pas quoi mais il saura lorsqu'il le verra. C'est toujours mieux d'envoyer un type en mission sans lui dire exactement ce qu'il faut qu'il ramène. D'autant que durant ces enchères c'est pas les trucs bizarres qui vont manquer... Mais c'est pas grave car effectivement pour passer à coté d'une des huit Lamentations faut en vouloir. Car oui le monsieur va devoir se porter acquéreur d'une de ces fameuse armes forgées par un dieu. C'est sympa car pour une fois au moins, l'artefact au coeur de l'intrigue n'est pas planqué au fin fond du pire donjon de la pire région du coin mais est juste en vente dans une ville quelquonce. Par contre, on parle d'une des Huit Lamentations, ça méritait un peu plus qu'une nouvelle. Elle reste néanmoins sympa à lire je vous rassure.

 

On enchaine avec la nouvelle de David Annandale  et sa Danse des crânes. David à qui l'on doit ... Neferata Mortaque de sang dans le receuil Premiers des morts.  Comment dire?... Alors déjà la nouvelle est déjà paru en français dans un petit fasicule bonus dans White Dwarf il y a quelques mois. J'ai beaucoup de mal avec Néférata. Du moins avec la nouvelle Néférata. Elle est juste imbuvable. Elle est superbe, mortelle trop trop forte pour déjouer les complots et les retourner contre les comploteurs... bref elle est chiante. A quoi sa sert de nous pondre des romans ou des nouvelles sur elle on sait qu'elle va forcément s'en sortir. C'est chiant car en plus elle ne le fait avec aucun panache. C'est juste qu'elle est trop intelligente et machiavélique. On pourrait me rétorquer ue c'est la même chose avec Nagash par exemple. Dans une certaine mesure oui. Sauf que le Nagash de la trilogie originelle s'en prends plein la tronche tout le long. Certes on sait qu'il va s'en sortir et qu'il finira par devenir le plus grand nécromancien mais on apprends surtout d'ou il vient dans cette trilogie et comment il est devenu le nécromancien que l'on connait. Dans le Nagash de AoS il est maintenant complétement barré. Entre l'absortion des toutes les divinités liées à la mort et le nécroséïsme notre archiliche favorite à de la vapeur entre les oreilles. Bref c'est plus avec le sujet que j'ai du mal.

Allez on passe au deux nouvelles de Guy Haley, la super bonne surprise de ce receuil. Les sables du chagrin et La route de Volturing. Dans la première nouvelle on suit Maeva, prince Aelf qui s'enfonce dans les sables de Shyish à la recherche de ceux de son aimée. Avec Shattercap un fiel-follet il va parcourir ce désert de mort remplis des sbires de Nagash pour tenter de lui voler une âme. Dans la deuxième nouvelle on va chez les fyreslayer de la loge Ulgaen. Depuis cent ans Qualar Vo sbire de Slaanesh fait le siège de la cité des nains. Mais le Karadrakk-Grimnir vient de mourir et les nuages s'amoncellent au essus de la cité. Une ancienne prophétie fait état de cela mais peu nombreux sont ceux qui croient en elle. Ulgathern et Drokki sont parmis ceux-là.           D'un coté une langueur morbide dans un monde ou le temps s'estompe et de l'autre une fournaise de bataille. On peut dire que Haley nous gâte. Rien que pour ces deux textes je vous recommande ce livre.

Nick Horth lui nous propose de retrouver Callis et Toll dans Les vieux Us.Nos deux compères se retrouvent dans une sombre affaire au milieu des marécage, prit entre deux vieilles familles qui se querellent ils vont devoir affronter les uns comme les autres... et les morts. Une bien bonne nouvelle ici aussi. On retrouve les descriptions de la vie quotidienne de certains occupants des huit royaumes à la manières du Vieux Monde et ça fait bougrement plaisir. J'espère que l'on aura plus de textes de ce calibre de la part de Nick.

Enfin pour terminer, La source couroucéede Gav Thorpe. Un bosquet de Ghyran est attaqué par des skavens. Alarielle arrive et rouste tout le monde. Puis elle rassemble ses troupes et part attaqué le chaos dans une autre vallée ... ou elle rouste le chaos. A un moment ça parle de Nagash mais je croix que c'est du à une erreur de traduction. Suivant.. à ben non c'est fini.

Je voulais vous parler d'une autre série mais le temps file et les lignes aussi. Ce sera pour une autre billet dans la semaine.

Sur ce je vous laisse j'ai pas fini ma biographie de Lovecraft.